Cannes 2017

70ème festival de Cannes : le départ approche !

Du rêve, des attentes...

Ils sont prêts à arpenter les rues de la ville d’un des plus célèbres festivals de cinéma. Tous seront attentifs aux projections, tous se feront à la fois critiques, chroniqueurs, photographes et surtout, tous auront les yeux grands ouverts !
Les élèves de premières de l’option cinéma / audiovisuel du Lycée Henri Parriat sont prêts à partir à CANNES !
Du 23 au 27 mai, sans relâche ils vont se consacrer aux salles obscures et au 7ème art !

Tous les jours ils relaterons en textes et en images leurs expériences et leurs découvertes : un billet d'humeur et l'image du jour. 

Vous retrouverez l'intégralité des commentaires, les critiques, les billets d'humeur et nos images sur notre blog :

Vous pourrez aussi découvrir l'expérience des élèves de l'an passé et dès maintenant quelques attentes des élèves de première de la promo 2017 !

« Mes attentes : découvrir le monde cinématographique, voir des films qui me feront réfléchir tant sur l’histoire en elle-même que sur les moyens utilisés pour faire ressortir telles ou telles choses (comme les émotions que le réalisateur a voulu nous faire ressentir...) » et bien d'autres encore.

Alors, à bientôt !

Les élèves de première de l'option CIAV et Régis Rémond leur professeur.

Le film du 23 mai

Après une longue journée de voyage nous sommes arrivés à Nice. Dépôt des bagages à l'auberge puis direction Cannes. Le tout sans perdre une minute !

Après une rapide découverte de l'environnement du théâtre de la Licorne, premier film :

The killing of a sacred deer

Quelques réactions :

"The killing of a sacred deer " est un film assez angoissant. En effet, nous pouvons remarquer que dans ce film, le réalisateur joue beaucoup avec le son en utilisant des musiques effrayantes surtout lorsque le suspens est présent mais également lors d’une action assez "importante" du film. On remarque également de nombreux mouvements de caméra comme des panoramiques ainsi que des travellings.
Je n’ai ni apprécié ni détesté le film. Il est intéressant de le voir afin d’élargir sa culture générale en cinéma et pour découvrir de nouveaux genres cinématographiques que l’on n’aurait pas forcément été voir par nous même."

Morgane C.

Le film regardé est un film angoissant avec un jeu de mot dès le titre : (deer / dear le cerf / l’être cher) . Nous pouvons remarquer qu’il y a une notion du temps tout au long du film (cela commence avec l’histoire d’une montre). Les personnages sont très liés entre eux. Nous pouvons ajouter qu’on trouve beaucoup de travellings pour nous montrer progressivement le hors champ. Ce film joue beaucoup avec les hors champs. Mais on trouve aussi beaucoup de longs plans... Ce film m’a beaucoup plu sauf les longs plans qui donnaient selon moi un peu un aspect ennuyeux au film. Je pense qu’il ne devrait pas y en avoir autant. Par ailleurs le début est difficile à comprendre, il faut vraiment s’accrocher.

Melda A.

 

La montée des marches, tant attendue !

Les films du 24 mai et la montée des marches !

The florida project (Sean Baker) Quinzaine des Réalisateurs 2017

Dès le début du film, une musique entraînante nous met dans l’ambiance de celui-ci. De plus, les couleurs vives du décor (la Floride et ses parcs d’attraction Disney en arrière-plan) nous induisent en erreur car l’histoire n’est pas aussi joyeuse. C’est une autre Amérique que nous découvrons : nous avons affaire à une petite fille au caractère bien trempé, Moonee. Elle vit seule avec sa mère dans un motel miteux et toutes deux ont un caractère bien trempé. On voit qu’il y a un manque d’éducation car la jeune fille a un vocabulaire très "imagé" et manque de respect aux autres habitants (avec toute sa petite bande de gamins qui font les 400 coups). C’est un film avec une grande majorité de plans filmés en caméra portée, avec des cadrages faits dans l’urgence, un peu comme dans un documentaire, et une faible profondeur de champ (tout est flou autour des personnages, de même que leur avenir est incertain). Ce film mélange l’humour (la force vitale des gamins qui surmonte les misères du quotidien) et le dramatique (les drames qui effacent les sourires des enfants).
Nous sommes partagés sur ce film car il est assez répétitif, mais la touche d’humour accroche le spectateur.

Marion Z, Léna D., Juliette R.

The Merciless

Après le "Train to Busan" de Yeon Sang Ho l’an dernier au festival, nous avons le droit cette année à "Bulhandang" de Byun Sung Hyun. Ce film retrace la vie de Hyun soo (yim si wan) jeune flic que sa supérieure (Kim hie won) envoie infiltrer un gang maffieux surviolent pour coincer le plus gros trafiquant du moment.
Pour cela,dans un premier temps, il est envoyé en prison pour se faire une réputation de "Caïd " afin de rentrer dans la "famille" des trafiquants, comme homme de main de Jae Ho (sul kyung gu).
Pour qu’il accepte cette mission très dangereuse, le jeune policier a posé une condition à l’inspectrice : que soient payés les frais médicaux de sa mère souffrante. Dès lors, tout est en place pour que commence le jeu de massacre...Retour ligne automatique
Ce film est inscrit dans la catégorie hors compétition ; c’est un film plutôt violent qui peut ne pas plaire à tout le monde, mais nous avons trouvé qu’il était intéressant à la fois pour l’histoire (qui a un très bon fil conducteur même si elle n’est pas racontée de manière linéaire) et pour le traitement : la façon dont certaines scènes de combats sont filmées est originale, à regarder comme des chorégraphies (axes, mouvements, points de vue,...).
De plus, on assiste au tout premier film de Siwan qui est un chanteur de Kpop dans le groupe ZE:A - un premier essai concluant - pas seulement pour ses fans- pour une première au festival de Cannes !

Alicia Co., Océane C., Samantha M., Dylan F. et Valentin L.

A venir : les critiques de Oh Lucy et Zombillenium

La montée des marches

Mercredi 24 mai : nous avons monté les marches du festival de Cannes !!
Ce fut une expérience grandiose avec beaucoup d’émotions. C’était un court instant mais qui pourtant restera gravé à jamais dans nos mémoires.
Cela faisait des semaines que nous attendions ce moment et, le matin même, cela devenait concret : nous n’avions plus qu’à retirer les invitations auprès de Cannes Cinéma... mais nous avons tout de même eu très peur ... En effet, à notre arrivée au palais des festivals, nous avons appris que les pass qui nous étaient destinés pour monter avaient été attribués à d’autres personnes mais nous avons finalement réussi à les récupérer. Il ne restait plus qu’à se préparer pour l’événement ... et ce fut magique !

Marion Z., Léna D.

L'image du jour / 25 mai

Retour à Cannes en ce début d'après-midi.
Tout le monde avait encore un peu l'esprit à la journée d'hier, à la montée des marches. Nous ne savions pas trop encore à quoi nous attendre pour les films d'aujourd'hui. La diversité des regards ici est telle qu'on se laisse porter par l'image, le son, les histoires qu'on nous raconte.
La magie de Cannes c'est cela : tout, le moindre détail, peut devenir l'objet d'une histoire racontée par l'image, comme cette chaussure, abandonnée là sur le quai de la gare routière.

L'image du jour / 26 mai

Si on devait résumer notre expérience du festival, élèves ou enseignants, peut être que les mots ne suffiraient pas. Ou peut être qu’au final il n’y en aurait qu’un : regards. Il y en a de multiples et on en a vu de beaux.
Où que se posent les yeux les choses prennent sens. Finalement lorsque quelqu’un raconte une histoire on peut l’entendre du regard. Le regard devient entendement. Dites voir, Écoutez voir, regardez voir...

L'intrusa

Le film que nous avons vu ce matin débute par une image de bande dessinée. On voit des enfants qui travaillent. On apprend ensuite que l'héroïne du film tient un centre d'hébergement pour des enfants démunis. Quand, tout à coup, sans prévenir, un monstre du nom de sommeil nous envahit, nos paupières se font lourdes et la lutte devient difficile ... nous lâchons prise face à cette créature terrible et la sieste commence... Quand soudain, les gens se mettent à applaudir et le monstre s'enfuit : la sieste est terminée, le film aussi ...

Marion Z., Lena D.

Makala

Ce documentaire était tourné comme une fiction, avec un héros, des péripéties, une quête. C'est l'histoire d'un homme qui fabrique du charbon de bois et nous le suivons dans son long et dangereux trajet pour aller le vendre à la ville située à 50 km de là. C'est un très bon film documentaire, assez touchant et qui montre bien la difficulté de certaines personnes pour vivre de leur travail en Afrique.

Juliette R.

Good Time

J'ai adoré ce film ! Les personnages sont attachants comme celui interprété par Robert Pattinson. C'est un film moderne, avec beaucoup d'action, ce qui donne un coup de jeune par rapport aux autres films que nous avons pu visionner tout au long du séjour. Il y a aussi la présence de moments comiques qui nous font apprécier encore plus le film. C'est vraiment un film à voir.

Juliette R.

L'intégralité des articles et des critiques sur notre blog : ParriatCannes 2017

Le bilan du séjour

Nous sommes a présent rentrés de ce voyage. On peut dire que celui-ci correspondait parfaitement a nos attentes. Nous sommes très satisfaites de ce séjour, il restera gravé a jamais dans nos mémoires. Nous avons profité de chaque instant et nous sommes tout de même un peu déçues de ne pas être resté plus longtemps. Reprendre nos habitudes quotidiennes nous sera difficile... Nous étions un bon groupe, nous avons bien rigolé nous avons regardé de bons films. Nous remercions Mr Rémond de nous avoir permis de vivre ce séjour ainsi que Mr Leblanc qui nous a accompagné, c’est grâce a ces derniers que nous avons pu profiter de ce séjour

Marion et Léna

Mon séjour à Cannes s’est mieux déroulé que je ne l’imaginais malgré la fatigue (avoir 5h de sommeil par jour, prendre le train tous les jours, les files d’attente). Cannes c’est magique, c’est un autre monde. Je me suis vraiment amusée, des souvenirs que je n’oublierai jamais. J’ai pu voir des films (beaucoup de films) extraordinaires - mais je pense que pendant un bon moment je ne retournerai plus au cinéma. La chose que j’ai le plus appréciée a été la montée des marches. Cela s’est déroulé tellement vite mais c’etais tellement exceptionnel aussi. Il y avais une très bonne ambiance..

Melda

Nous avons passé un agréable séjour à Cannes mais aussi à Nice. Grâce à ce séjour nous avons pu voir des films qu’on n’aurait peut-être pas regardé par nous-même. Et puis nous avons monté les marches ce qui était génial. Nous avons aperçu Nicole Kidman. Le plus fatiguant était de prendre le train TER et le bus surtout le soir de la montée des marches puisque nous sommes rentrés tard. Malgré la fatigue nous avons bien profité de ce séjour notamment le moment où nous avions eu quartier libre et où nous avons pu assister à un concert turc sur la scène du cinéma de la plage. L’ambiance était donc au rendez-vous. Nous gardons des bons souvenirs de ce séjour et nous remercions Monsieur Raymond de tout avoir organisé
Juliette Morgane.